Mariage non religieux

Si vous êtes athée, quelles sont les options qui s’offrent à vous si vous ne voulez pas passer par une cérémonie religieuse pour vous marier ? La bonne nouvelle, c’est qu’il existe de nombreuses options laïques pour les gens qui ne sont pas intéressés ou qui ne veulent pas avoir les cérémonies religieuses traditionnelles de mariage.

Il peut s’agir de cérémonies élaborées (mais dépourvues d’éléments religieux) pour célébrer vos noces ou de cérémonies sans cérémonie, comme celle d’un juge de paix au palais de justice local. Enfin, il y a des options qui sont religieuses de nom, mais pas vraiment dans la loi.

Mariages civils laïques

Les couples ont toujours eu le choix d’un mariage purement civil, célébré par une personne dûment nommée par l’État comme juge de paix. Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un permis et de deux ou trois témoins, et ces derniers sont parfois composés de personnes qui se trouvent dans les parages à ce moment-là, de sorte que vous n’avez même pas besoin d’amener vos amis ou votre famille avec vous. Bien sûr, il n’y aura pas besoin d’éléments religieux – c’est juste une simple déclaration de vœux contractuels que beaucoup d’athées ont trouvé adéquate à leurs besoins au cours des années.

Cérémonies Laïques

Les vœux au palais de justice n’ont pas la cérémonie et le rituel que les gens (théistes et athées) ont grandi en croyant qu’ils sont nécessaires pour un événement de la vie aussi important. La plupart veulent que l’on fasse quelque chose de spécial pour commémorer cette journée – une série de rituels qui aideront à marquer la transition de deux personnes célibataires à une vie de couple. En conséquence, un certain nombre d’options de mariage non religieuses qui vont au-delà du simple mariage civil se sont développées.

Cérémonies laïques dans les églises

Certains d’entre eux sont religieux en apparence ou en nom, mais pas vraiment en acte. Ce que cela signifie, c’est que le mariage lui-même peut avoir lieu dans une église et peut contenir beaucoup des rituels familiers qui ont une connotation religieuse pour certains. Cependant, il n’y a aucune substance ou thème religieux réel au mariage. Il n’y a pas de lectures religieuses dans les Écritures, il n’y a pas de chants religieux, et pour les participants, les rituels eux-mêmes ont une signification totalement séculière.

Cependant, selon la dénomination de l’église, il peut prendre beaucoup de négociation avec le pasteur ou ne pas être possible de renoncer au contenu religieux lorsque le mariage est célébré dans une église ou par un membre du clergé. Préparez-vous à cet obstacle si vous choisissez une église pour un lieu de mariage. Si vous êtes fortement opposé à tout contenu religieux, il est préférable de choisir un autre lieu de mariage.

Mariages humanistes

Enfin, il existe aussi des options de mariage qui renoncent totalement à l’aspect général de la religion, même en apparence, mais qui ne sont pas aussi simples que les cérémonies de mariage civil. De tels mariages sont normalement appelés mariages humanistes. Les vœux sont écrits par le couple ou par un célébrant humaniste en consultation avec le couple. Le thème des vœux portera sur des sujets comme l’amour et l’engagement plutôt que sur la religion ou Dieu. Il peut y avoir des rituels (comme une bougie d’unité) qui ont une signification religieuse dans les cérémonies religieuses, mais qui ont maintenant une signification séculière ici.

Bien que vous puissiez avoir un mariage humaniste dans une église, vous pouvez également choisir parmi un large éventail de lieux de mariage. Vous pouvez vous marier dans une chapelle de mariage commerciale, un parc, une plage, un vignoble, une salle de bal d’hôtel ou votre cour arrière. En fait, vous avez beaucoup plus de choix de lieu que ceux qui souhaitent être mariés par le clergé, qui peuvent exiger que cela se fasse dans leur église. Votre célébrant peut être un juge de paix, un ami qui a obtenu une licence pour célébrer des mariages ou des membres du clergé consentants.

Les mariages humanistes sont de plus en plus populaires parmi les athées en Occident. Ils apportent une grande partie des avantages émotionnels et psychologiques qui pourraient en découler, mais sans tous les bagages qui pourraient autrement se présenter. De tels mariages fournissent également un contexte familier qui peut faciliter la tâche aux parents religieux qui pourraient être déçus par une cérémonie civile plus simple.

Donc, si vous êtes athées ou simplement des théistes laïques qui souhaitent se marier, mais qui sont mal à l’aise avec les lourds éléments religieux des mariages religieux traditionnels, il y a un nombre croissant d’options qui s’offrent à vous. Ils ne sont peut-être pas aussi faciles à trouver, étant donné l’omniprésence de la religion dans la société américaine moderne, mais ils ne sont pas aussi difficiles à trouver qu’ils l’étaient auparavant. Avec un peu de travail, vous serez en mesure d’avoir un mariage qui est aussi séculier et significatif pour vous que vous le souhaitez.

Alisha ^^

La célébration du mariage musulman

Bien que de nombreux musulmans organisent une célébration de plusieurs jours pour marquer un mariage, le rituel traditionnel du mariage, appelé nikah en arabe, est simple et bref. Il suit généralement ces étapes :

Au mariage, qui peut avoir lieu à peu près n’importe où, la mariée et le marié sont séparés dans des pièces différentes. Ils peuvent ou non être capables de se voir, selon le degré de conservatisme des familles.

Un célébrant, qui peut être n’importe quel homme familier avec la loi islamique, se rend dans chaque pièce séparément. Là, il demande aux futurs époux s’ils consentent au mariage et s’ils se marient de leur plein gré (un représentant appelé wali répond aux questions de l’officiant au nom de l’épouse).

Le couple signe le contrat de mariage ou l’acte de mariage, en présence de témoins.

Le célébrant réunit les deux époux et les déclare mari et femme.

Célébration d’un mariage musulman

Des jours de fêtes animées entourent souvent le nikah, et c’est exactement ce que Shaila Khan prévoit pour son mariage. Dans sa culture pakistanaise, explique Khan, le mariage devient un problème important une fois qu’une fille atteint l’âge post-universitaire, et on attend souvent des femmes qu’elles se marient dans leur propre appartenance ethnique. Il se trouve que M. Right de Khan vient du Pakistan, et elle admet que ses antécédents contribuent à prévenir les conflits. « C’est agréable d’avoir quelqu’un qui comprend qui je suis et d’où je viens « , dit Khan, une analyste en placements de New York dans la vingtaine. « Et je n’ai pas à m’inquiéter que ma famille l’accepte. » Bien qu’elle soit loin d’être une Sud-Asiatique typique, Khan attend avec impatience un mariage pakistanais typique, avec une semaine de chants et de danses, et les événements suivants :

Dholki : Les célébrations de mariage commencent avec le dholki (nommé d’après le dholk, ou tambour) une à deux semaines avant la cérémonie réelle de mariage de trois jours. Au cours de cet événement, de jeunes invités chantent et dansent tout en battant sur la holk.

Les mariés tiennent traditionnellement leur propre dholki. Les amis et les membres de la famille se réunissent chez eux pour répéter des chants et des danses lors de la cérémonie du mehendi qui aura lieu la semaine du mariage. « Il y a habituellement une semaine entière de dholkis consécutifs avant un mariage. J’ai eu tellement de plaisir à m’occuper d’eux dans le passé « , dit Khan. « C’est juste une excuse pour se réunir avec des amis et la famille pour danser. » Les femmes les plus proches de la mariée ou du marié chorégraphient habituellement les danses, et ce sont surtout les femmes qui se produisent. Les familles du couple préparent le dîner pour les fêtards, et la fête se termine tard.

Mehendi : La cérémonie du mehendi a lieu la première nuit du mariage de trois jours. Habituellement la partie la plus festive de l’événement, elle est remplie de bruit et de couleurs, avec des femmes vêtues de salwar kameez et de saris, et avec des filles non mariées portant des jupes longues et des chemisiers appelés lehengas. Le mehendi peut être tenu séparément pour la mariée et le marié ou conjointement. Un mehendi commun donne lieu à une compétition amicale entre gars et filles tandis que les deux parties se relaient pour faire mieux que l’autre. Dans les familles plus conservatrices, les femmes sont séparées des hommes.

La mariée porte traditionnellement une tenue de cérémonie jaune et, comme le nom de la cérémonie l’indique, un mehendi humide (peinture au henné) est appliqué sur ses mains ce jour-là. « La mariée, ainsi que toutes les femmes des deux côtés de la famille, a des motifs au henné sur les mains et parfois sur les pieds « , dit Khan. « C’est une fête de mariage, mais beaucoup plus colorée. C’est définitivement ma partie préférée du festival de mariage et j’ai l’intention de m’amuser beaucoup sur la mienne. »

Il est d’usage que la mariée soit escortée sur scène sous un dupata de couleur jaune, ou grand foulard, tenu par six femmes parents ou amies. Sa tête est couverte et inclinée, et elle n’a pas beaucoup de maquillage ou de bijoux à cet événement. Dans les cérémonies conjointes de mehendi, le marié arrive à la cérémonie après la mariée avec son entourage d’invités, appelé le baraat. Le baraat joue généralement des chants forts en entrant dans la salle de cérémonie et est accueilli par deux lignes parallèles de la famille et des amis de la mariée.

Nikah : Le jour principal du mariage est moins mouvementé que les jours précédents. La mariée porte généralement un ghaagra rouge vif, une jupe à plis épais et une longue blouse brodée en or. Le dupata est suspendu bas au-dessus de sa tête inclinée et enroulé autour de ses épaules de manière à ce que ses lourds bijoux en or ne soient pas cachés. Cette tenue est la plus élaborée de toutes celles que portera la mariée. « Avec tout l’or que la mariée porte le jour de son mariage, elle ressemble et se sent comme une reine « , dit Khan.

Les mariés portent soit un sherwani traditionnel avec un turban, soit un costume de style occidental. Certains mariés portent un voile de roses sur la tête avant que la mariée n’entre. En guise de jeu, les jeunes parentes et amies de la mariée volent parfois les chaussures du marié et ne les rendent que lorsque le marié paie un montant d’argent négocié. A la fin de la nuit, une procession escorte le couple jusqu’à la voiture de mariage et lance des pétales de fleurs sur le couple.

Valima : La famille du marié accueille la valima, ou la fête, la nuit après le mariage.

Alisha ^^

Éléments d’une cérémonie de mariage juive

Avant la cérémonie de la chuppah, la tradition juive offre des rituels qui aident à marquer les jours précédant le mariage du couple.

Ketubah

Une kétubah est un « contrat de mariage ». Dans l’Antiquité, une kétouba était un document juridiquement contraignant, signé par des témoins, décrivant l' »acquisition » d’une mariée par le marié et indiquant le montant que le marié devrait lui verser en cas de divorce. Dans le judaïsme libéral d’aujourd’hui, il n’y a pas beaucoup de couples qui voudraient signer un contrat de mariage dans lequel un partenaire « acquiert » un autre. Mais il y a 2000 ans, les normes étaient très différentes.

Leketubot libéral moderne (pluriel) est typiquement spirituel, et non légal, les alliances entre les deux partenaires, et le ketubot honorant les couples homosexuels et interreligieux abondent. Plusieurs sites Web, comme ketubah.com, Modernketubah.com et ketubah-gallery.com, offrent aux couples interconfessionnels une variété de textes et de styles artistiques. Beaucoup de couples encadrent leur ketubah pour l’exposer.

Certains rabbins demandent aux couples d’avoir une cérémonie de signature de la kétouba 20 à 30 minutes avant le début de la cérémonie de mariage, mais le moment peut varier. La signature d’une kétouba est un grand événement au cours duquel les documents de licence de mariage de l’État doivent également être signés.

Voile de la mariée

Bedecken, qui signifie  » vérifier pour être sûr « , est une coutume juive qui, dans les mariages entre une mariée et un marié, implique que le marié pose un voile de mariage sur la mariée peu avant la cérémonie. Le marié peut « vérifier » que la mariée est bien la personne qu’il veut épouser. C’est un rituel amusant et plein d’humour que vous pouvez lire ici. Il y a aussi une jolie version de ce rituel pour les mariages lesbiens.

La cérémonie de mariage

Dans les mariages juifs traditionnels, l’ensemble de la fête de mariage se déroule dans l’allée, avec le rabbin en premier ou simplement en commençant la cérémonie en attendant à la chuppah (voûte du mariage).

Dans les mariages hétérosexuels, la procession se poursuit généralement avec le garçon d’honneur marchant en file indienne, suivi du garçon d’honneur, puis du garçon d’honneur, puis du garçon d’honneur dont les parents sont de chaque côté de lui. Puis les demoiselles d’honneur marchent en file indienne, suivies de la demoiselle d’honneur, puis de tous les autres membres du mariage (fleuristes, porteuses de bagues, etc.). Enfin, la mariée se marie avec le(s) parent(s) d’un côté ou de l’autre. La mariée se tient traditionnellement à la droite du marié, ce qui est l’inverse des mariages chrétiens traditionnels.

Dans les mariages homosexuels, les couples utilisent diverses configurations processionnelles. Il n’y a pas de règles juives établies en ce qui concerne la procession, mais seulement les coutumes, de sorte que la procession offre aux couples interconfessionnels une excellente occasion de tisser des traditions d’autres religions ou d’inclure d’autres éléments culturels. La plupart des couples ont de la musique pendant la procession. C’est une bonne idée de faire savoir à l’avance aux rabbins ou au clergé d’autres religions quelle musique vous comptez utiliser.

Dans les mariages hétérosexuels juifs traditionnels, à la fin de la procession, lorsque le couple est arrivé à la chuppah, la mariée marche lentement autour du marié, l’entourant sept fois. Une variante populaire de l’encerclement traditionnel consiste pour chaque partenaire à encercler l’autre trois fois, suivi d’un septième cercle final que le couple fait ensemble. Le cercle symbolise la création d’un nouveau foyer et l’entrelacement des vies des deux partenaires.

Première coupe de vin et bénédiction

La cérémonie commence généralement par la bénédiction de la première des deux tasses de vin (ou jus de raisin). Le vin représente la joie dans le judaïsme, et après avoir récité la bénédiction, le rabbin invite le couple à siroter la coupe. Puis vient une deuxième courte bénédiction, appelée shehecheyanu en hébreu. Cette bénédiction rend grâce pour le plaisir d’atteindre ce moment merveilleux.

La Cérémonie de l’Anneau

Dans les communautés juives libérales, les deux partenaires s’offrent une alliance pour symboliser leur amour et leur engagement. Le rabbin guide chacun d’eux à travers une courte formule hébraïque qui se traduit par : « Voici, avec cet anneau, vous êtes sanctifiés pour moi, selon les lois de Moïse et d’Israël. » Dans les mariages interreligieux, certains rabbins utilisent une version alternative de cette formule qui remplace les mots « selon les lois de Moïse et d’Israël » par des termes différents (par exemple, « aux yeux de Dieu et de l’humanité »).

La cérémonie de la bague est un bon moment pour les couples pour échanger des vœux entre eux – quelque chose qui ne fait pas partie d’une cérémonie juive traditionnelle, mais que de nombreux couples aiment inclure.

Les sept bénédictions (Sheva B’rachot) et la deuxième coupe de vin : une explication

La cérémonie de la bague conclut la première de deux parties distinctes de la cérémonie du mariage juif. La deuxième partie de la cérémonie est une bénédiction pour le couple. Les rabbins ou chantres chantent traditionnellement sept bénédictions qui rendent grâce pour les joies de l’amour, de l’intimité et du mariage, pour la création de l’humanité et pour le bonheur de la communauté. La plupart des officiants juifs chantent les bénédictions dans l’hébreu original et traduisent chaque bénédiction en anglais. Ces bénédictions sont anciennes, et beaucoup de couples contemporains préfèrent utiliser des traductions modernes et créatives. De plus, le libellé original des bénédictions ne fait référence qu’aux mariages hétérosexuels. Des liturgistes juifs créatifs ont écrit des versions modifiées de ces bénédictions, en hébreu et en anglais, qui honorent les mariages homosexuels.

A la fin des sept bénédictions, le rabbin bénit une deuxième coupe de vin et invite le couple à prendre une gorgée.

Après les sept bénédictions, quelques rabbins réciteront une autre série de bénédictions traditionnelles sur le couple. Ces paroles, connues sous le nom de « bénédictions sacerdotales », demandent à Dieu de bénir et de protéger, d’éclairer et de donner la paix au couple.

Briser le verre

Traditionnellement, les mariages juifs ne se terminent pas par un baiser. Elles se terminent par le bris d’un verre. Dans les mariages hétérosexuels, c’est habituellement le marié qui met le pied sur un verre mince (enveloppé dans un linge par mesure de sécurité), bien que certains couples le fassent ensemble. Beaucoup de couples veulent aussi avoir un baiser à la fin de leur cérémonie, qui peut s’adapter parfaitement juste avant ou après le bris de verre. Et n’oubliez pas le Siman Tov u’Mazel Tov, qui est habituellement chanté juste après le bris de verre. Préparez-vous à chanter et à célébrer avec cette vidéo

Il existe plusieurs interprétations de la signification du bris de verre, ainsi que des interprétations alternatives contemporaines.

Récession et temps solitaire (Yichud)

Juste après le bris de verre, les invités crient d’habitude « Mazel Tov ! » (« Puissiez-vous avoir de la chance ! ») et d’autres félicitations. Certains couples aiment que la musique reprenne à ce moment-là, suivie immédiatement d’une récession. La récession peut être délibérément « désordonnée », avec le couple qui descend l’allée et puis tout le monde se mélange et se mêle simplement aux invités, ou elle peut être structurée et plus formelle.

Il y a une tradition juive appelée yichud, qui signifie « temps seul pour le couple ». Les couples qui incluent le yichud dans leur mariage prennent un peu de temps pour être seuls ensemble dans un espace privé immédiatement après la cérémonie. Le rabbin mentionne habituellement, juste avant le bris de verre, que le couple va le faire, et il peut donner d’autres brèves instructions pratiques aux invités à ce stade également. Prendre un peu de temps pour être seul ensemble avant de retourner chez vos invités en fête peut être gratifiant et réconfortant.

Alisha ^^

Coutumes traditionnelles japonaises en matière de mariage

Les cérémonies de mariage japonaises se tiennent traditionnellement dans les sanctuaires shintoïstes, la cérémonie étant conduite par un prêtre shintoïste. Il s’agit généralement d’affaires intimes auxquelles participent des membres proches de la famille de la mariée et du marié. Plutôt que des anneaux, le couple échange des tasses rituelles de saké comme symbole de leur union, et des branches du sakaki sacré à feuilles persistantes sont offertes au dieu shintoïste. Si vous voulez reconstituer la tradition, vous feriez mieux de vous assurer d’avoir sous la main d’authentiques sets de sakis japonais !

Influence de l’Ouest

Mariage japonais

Depuis les années 1980, les cérémonies de mariage plus modernes et de style occidental sont devenues à la mode et aujourd’hui, leur influence est apparente dans la plupart des mariages japonais dans une certaine mesure. Les cérémonies ont lieu dans des églises chrétiennes et des chapelles de mariage dédiées ; bien que le Japon soit une nation essentiellement bouddhiste, ces mariages de style chrétien sont plus une déclaration de style que religieuse.

Le sermon est donné soit en japonais, soit en anglais, soit en une combinaison des deux, et ne tend pas à être ouvertement religieux. Les rituels tels que la coupe de gâteaux, l’échange d’anneaux et les lunes de miel sont souvent incorporés en accord avec le style occidental du mariage.

Il existe également des cérémonies civiles ou non religieuses calquées sur l’Occident, bien qu’elles n’aient aucune valeur juridique. Pour l’instant, le mariage homosexuel reste illégal au Japon – bien que huit villes et quartiers de la ville aient légalisé des partenariats homosexuels qui offrent certains des avantages du mariage.

Traditionnellement, le couple portait des kimonos de mariage en soie, y compris shiromuku (un kimono blanc) ou iro-uchikake (un kimono de couleur) pour la mariée, et montsuki (un kimono noir avec l’emblème familial) avec hakama (pantalon à larges jambes) pour le marié.

Les mariages japonais adoptent de plus en plus le style vestimentaire occidental, la mariée portant souvent une grande robe blanche et le marié un costume ou un smoking bien taillé.

Fêtes de mariage japonaises

Après le mariage, les participants sont invités à la réception avec d’autres parents, amis et collègues. Encore une fois, c’est assez semblable à une célébration occidentale, qui comprend un repas avec des discours, des chansons et beaucoup à boire.

Vous pouvez ajouter un peu d’ambiance traditionnelle japonaise à votre propre cérémonie avec de l’artisanat d’origami – faites-le vous-même ou faites-le confectionner à l’avance !

Cadeaux de mariage japonais

Plutôt qu’un cadeau, il est traditionnel de donner un goshugi (argent cadeau) dans une enveloppe décorative appelée shugi bukuro. Ce sont généralement les invités qui reçoivent les cadeaux, y compris la vaisselle ou leur propre sélection d’un catalogue – semblable aux cadeaux de mariage qui seraient donnés à la mariée et le marié dans l’ouest.

Bien sûr, si vous vouliez ajouter une touche personnelle à un don en argent, les cadeaux de mariage japonais ne manqueraient certainement pas, surtout pour une occasion plus moderne !

Le mariage au Japon aujourd’hui

Aujourd’hui, les influences occidentales se retrouvent dans la grande majorité des mariages japonais, bien que des traces de leur héritage shintoïste subsistent. Cette rupture avec la tradition est due en partie au fait que les mariages occidentaux sont moins chers que les cérémonies shintoïstes et en partie à la perception populaire selon laquelle la culture occidentale est moderne, exotique et élégante.

Alisha ^^

À quoi s’attendre lors d’un mariage indien ?

Tout ce que vous devez savoir pour assister à un mariage indien.

Si vous avez été invité à votre premier mariage indien, vous serez peut-être curieux de savoir ce qui va se passer. Vous trouverez des réponses à certaines questions fréquemment posées sur les mariages indiens.

Q : Que dois-je porter lors d’une cérémonie de mariage indien ?

R : Plus clair, c’est mieux. N’ayez pas peur de porter une couleur audacieuse qui vous aidera à vous intégrer avec les invités indiens qui seront habillés de couleurs vives et de bijoux accrocheurs. Si vous n’avez pas de sari ou de lengha traditionnels, ne vous inquiétez pas, une robe de couleur bijou avec un châle est également appropriée.

Q : Est-il vrai que les mariages indiens durent plusieurs jours ? À quoi dois-je m’attendre ?

R : Un mariage indien traditionnel dure en moyenne trois jours. Le premier soir, un prêtre interprète souvent le ganesh pooja, une cérémonie qui se déroule habituellement à la maison et à laquelle seuls le couple, le cortège nuptial et les proches parents sont présents.

Le deuxième jour commence par une cérémonie mehndi. Pour cela, la mariée et ses amies et les membres de sa famille auront des motifs complexes de henné dessinés sur leurs mains et leurs pieds. Ce soir-là, le sangeet a lieu. Chaque invité de mariage est généralement invité, et il s’agit d’une présentation des familles du couple, de rencontres, d’un repas et de danses ou d’autres spectacles.

Le troisième jour, la cérémonie principale, l’heure du cocktail et la réception ont lieu. Vous pouvez être invité au dernier jour des événements, ou à n’importe quelle partie de la célébration de trois jours. Votre invitation doit indiquer clairement ce à quoi on vous demande d’assister.

Q : Que puis-je m’attendre à voir lors d’une cérémonie de mariage indien ?

R : L’une des premières choses qui pourraient surprendre les invités occidentaux est la procession du marié ou baraat. Pour cela, le marié arrive à la cérémonie sur un cheval blanc décoré. Les invités dansent autour de lui au rythme d’un dhol, un tambour indien. Après cela, la mariée et sa famille saluent le marié, et le couple échange des guirlandes florales à porter autour du cou pour symboliser leur acceptation l’une de l’autre.

Pour la cérémonie, le prêtre, le marié, la mariée et les parents de la mariée s’assoient sous un mandap, un dais semblable à une houppa juive. La cérémonie commence avec le kanya daan, où les parents de la mariée la donnent. Puis le couple se joint les mains et tourne autour d’un petit feu fermé (l’agni) dans un rituel appelé le mangal phera.

Puis le couple fera le saptapadi, ou sept pas, en faisant le vœu de se soutenir mutuellement et de vivre heureux ensemble. Enfin, le marié appliquera une poudre rouge au centre du front de la mariée et nouera un collier de perles noires autour de son cou, symbolisant qu’elle est maintenant une femme mariée.

Q : Comment sera la réception ?

R : C’est une fête amusante ! Si vous ne connaissez pas le bhangra, une danse folklorique du Pendjab, attendez-vous à apprendre les mouvements assez facilement. Mais ne vous inquiétez pas si vous n’êtes pas à l’aise d’apprendre de nouvelles danses – vous entendrez probablement aussi de la musique occidentale contemporaine à la réception.

Q : Je suis un peu difficile quand il s’agit de nourriture. Y aura-t-il quelque chose à manger pour moi à une réception de mariage indien ?

R : Deux des idées fausses les plus courantes au sujet de la nourriture indienne sont que c’est tout épicé et végétarien. En réalité, cela dépend de l’état d’origine des familles du couple. En Europe, par contre, la nourriture a tendance à être nord-indienne, ce qui signifie que vous verrez une tartinade de naan (pain plat) avec différents caris, samosas (pâtisseries salées avec des viandes épicées ou des légumes), pakoras (beignets) et un présentoir à dessert, qui comprend généralement du gâteau, kulfi (glace indienne) et des bonbons décorés faits de noix. Il y a souvent jusqu’à quatre postes de chefs cuisiniers qui préparent la nourriture pour les invités.

Q : Dois-je apporter un cadeau ?

R : Les couples demandent habituellement qu’il n’y ait pas de boîtes-cadeaux au mariage, de sorte que les invités reçoivent habituellement des cadeaux expédiés au domicile du couple ou apportent une enveloppe avec de l’argent.

Alisha ^^